Une dernière danse de Victoria Hislop

Quand elle arrive à Grenade pour y prendre des cours de danse, Sonia, jeune Londonienne, ne sait rien du passé de la ville. Une conversation avec le patron du café El Barril va la plonger dans la tragique destinée de la famille Ramírez : soixante-dix ans plus tôt vivaient dans ces lieux trois frères aux idéaux opposés, veillant jalousement sur leur sœur, Mercedes, passionnée de flamenco. Tandis que celle-ci tombe amoureuse du guitariste gitan qui l’accompagne, l’Espagne sombre dans la guerre civile. Quel camp chacun va-t-il choisir ? Quels secrets et trahisons vont déchirer la fratrie à jamais ? Happée par ce récit de feu et de sang, Sonia est loin d’imaginer que sa propre existence en sera bouleversée…

Un récit alliant savamment secrets de famille, flamenco et guerre civile.

Encore une danse est un très beau roman, sur fond de guerre civile espagnole et de flamenco. L’auteur mélange encore une fois passé et présent sur fond historique un combo qui me plaît particulièrement. Ayant vécu en Andalousie pendant 6 mois, ce roman retrace l’histoire de ces villes andalouses que j’ai visité (Grenade, Séville, Cordoue, Cadix etc.) et donc j’avais grandement envie de découvrir ce roman et d’en savoir plus sur l’histoire espagnole.

Dans la première partie on est plongé dans les années 2000 à Grenade, où on apprend à y connaître Sonia et son amie, venue en Espagne pour l’anniversaire de cette dernière et pour y pratiquer la salsa et le flamenco. Cette première partie se dévore d’une traite. On commence à s’attacher à Sonia qui, malheureuse dans son mariage fuit son mari pour trouver un peu de tranquillité. Malheureusement Sonia n’a pas un fort caractère se laisse un peu abattre.

Très vite on entre dans la deuxième partie : l’Espagne des années 30 au cœur de la famille Ramirez. Cette partie constitue la majeure partie du roman et malgré quelques longueurs est très intéressante. On suit la famille Ramirez composée de Concha, Pablo et leur quatre enfants Ignacio, Emilio, Antonio et Mercedes, une famille déchirée par la guerre civile qui frappe sévèrement Grenade, qui tombe rapidement aux mains des nationalistes. Même si j’ai beaucoup aimé suivre l’évolution de cette famille au fil des années, leur séparation, retrouvailles, etc, je n’ai pas réussi à m’attacher à tous les personnages. J’ai détesté avec force Ignacio qui est méprisant et a mis en danger de mort son frère et j’ai été distante avec Antonio qui je ne sais pourquoi n’a su me captiver. Cependant j’ai beaucoup aimé le personnage de Mercedes, premièrement parce que c’est un déesse du flamenco, et car malgré son jeune âge c’est une jeune fille forte qui sait ce qu’elle veut et à le sens des responsabilités. Il en a été de même pour Concha qui malgré tous les malheurs qui lui tombent dessus ne baisse pas les bras et continue d’ouvrir El Barril chaque jour.

La plume de Victoria Hislop est très belle, j’ai trouvé la même émotion que dans l’île des Oubliés, cependant si je devais adresser une critique à l’auteur ça serait son manque d’originalité et d’innovation. En effet, la construction de ses romans (je compare seulement les deux romans que j’ai lu) est identique soit, des secrets de famille avec un lien passé présent.  Elle change bien évidemment de lieux, d’époque, d’histoire etc, mais la structure est la même ce qui est bien dommage même si j’adore ce genre de roman.

4 coeurs

Publicités

2 réflexions sur “Une dernière danse de Victoria Hislop

  1. La bibliothèque de Lilie dit :

    J’ai adoré « L’île des oubliés » dont j’ai fait ma chronique récemment !!!!
    Je n’ai lu que lui dans l’immédiat, et je n’en ai malheureusement pas d’autres dans ma PAL pour l’instant. Mais je veux lire tous les livres de cette auteure.
    Et je peux comprendre ton point de vue sur son manque l’originalité. C’est ce que je reproche à Musso et Levy (je n’arrive pas à savoir si je suis pour ou contre eux), mais je pense quand même que ça doit mieux couler avec Victoria Hislop car ses romans historiques sont vraiment bien documentés et détaillés…

    J'aime

    • livriotte dit :

      J’avais aussi beaucoup aimé L’île des oubliés! C’est vrai que ces romans sont hypers documentés et on apprend plein de choses en les lisant j’adore, mais après c’est vrai que, pour les deux romans que j’ai lu, elle reprend souvent la même structure.
      .

      J'aime

Un petit commentaire fait toujours plaisir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s