Tous nos jours parfaits de Jennifer Niven

Ce document a été créé et certifié chez IGS-CP, Charente (16)

Quand Violet et Finch se rencontrent, ils sont au bord du vide, en haut du clocher du lycée, décidés à en finir avec la vie. Finch est la « bête curieuse » de l’école. Il oscille entre les périodes d’accablement, dominées par des idées morbides et les phases « d’éveil » où il déborde d’énergie. De son côté, Violet avait tout pour elle. Mais neuf mois plus tôt, sa sœur adorée est morte dans un accident de voiture. La survivante a perdu pied, s’est isolée et s’est laissée submerger par la culpabilité. Pour Violet et Finch, c’est le début d’une histoire d’amour bouleversante : l’histoire d’une fille qui réapprend à vivre avec un garçon qui veut mourir.

Un petit air de déjà vu et un manque de dynamisme à souligner, cependant, Tous nos jours parfaits n’en reste pas moins une lecture émouvante et appréciable.

MON AVIS

Lorsque deux ados en mal de vivre se retrouvent sur le toit du lycée, ça promet une amitié assez atypique. Finch, souffrant de bipolarité est un jeune adolescent un peu pommé, surnommé le « fêlé ». Violet quant à elle, est une jeune fille équilibrée et studieuse, jusqu’à ce que le soudain décès de  sa sœur fasse voler sa vie en éclat.

RÉAPPRENDRE A VIVRE

Dès les premières lignes, on sent que ces deux là sont fait pour se rencontrer, même si pour Violet, ce n’est pas forcément une évidence. En se rapprochant de Finch, Violet découvre qu’ils partagent beaucoup plus de choses qu’elle n’aurait pu le penser. Leur relation est touchante et se développe naturellement ; ni trop rapidement ni trop lentement. Nos deux personnages principaux sont émouvants et ensemble, main dans la main, ils vont réapprendre le goût de vivre. Néanmoins Finch m’a bien souvent mis mal à l’aise ; un sentiment d’inconfort qui est venu parasiter ma lecture.

UN MANQUE DE PROFONDEUR

La lecture de ce livre s’est étalé sur un laps de temps finalement assez long, ce qui fait que j’ai eu l’impression de ne jamais en finir. Néanmoins ce n’est pas le seul reproche que j’ai à formuler sur ce bouquin. Premièrement, j’en ai un peu marre de tous ces livres estampillés « pour tous ceux qui ont apprécié Nos étoiles contraires« , car ça en devient une stratégie marketing ridicule et dénuée de sens. Il est important que chaque livre se fasse son propre lectorat et qu’il soit apprécié à sa juste valeur, sans qu’il soit nécessaire de mettre des « Nos étoiles contraires » à tout bout de champs. Même si c’est une belle histoire, l’histoire en elle-même est assez plate, rien d’original, rien de surprenant, Jennifer Niven nous livre ici un récit un peu trop monotone qui mériterait d’être un peu plus dynamique.

Publicités

Un petit commentaire fait toujours plaisir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s