L’art d’écouter les battements de cœur de Jan-Philipp Sendker

l'art d'écouter les battements de coeur

Lorsqu’un brillant avocat New-Yorkais disparaît du jour au lendemain, sa fille Julia n’a aucune idée d’où il peut être. Jusqu’à ce que, quatre ans plus tard, elle trouve une ancienne lettre d amour écrite par son père à une jeune fille de son village natal, en Birmanie. Déterminée à résoudre le mystère, Julia décide de se rendre sur place. Elle va y découvrir le saisissant passé de celui qu’elle croyait si bien connaître, une bouleversante histoire d’amour mise à l’épreuve par bien des obstacles.

Un fabuleux conte oriental qui aurait pu être encore plus éblouissant sans les quelques longueurs qui viennent parasiter la lecture. 

MON AVIS

Le père de Julia, un orphelin d’origine birmane disparaît du jour au lendemain sans laisser de trace prétextant un rendez-vous d’affaires. Quatre ans plus tard, après avoir découvert une lettre d’amour qui attise sa curiosité, Julia se rend en Birmanie dans le but de connaître un peu mieux celui qui l’a abandonné.

Les premières pages sont extrêmement addictives. J’ai beaucoup aimé la façon dont l’auteur pose le contexte : en nous présentant Tin Win et sa famille jusqu’à la disparition de ce dernier. Ma curiosité a de suite été piquée et j’avais très envie de découvrir qui se cachait réellement derrière ce mystérieux personnage. J’ai tellement aimé les premières pages que j’ai cru (à tort) pouvoir lui attribuer le statut de coup de cœur.

Malheureusement, par la suite, j’ai un peu déchanté. Premièrement par la tournure qu’a pris le roman. Je pensais en effet que le récit allait prendre place autour de la quête de Julia en Birmanie. Cependant, une fois sur place Julia rencontre un curieux personnages dénommé U Ba qui va lui conter l’histoire de son père. Même si j’avoue avoir été un peu déçue sur ce point, l’histoire que nous allons découvrir est une une merveilleuse histoire pleine d’amour et d’exotisme. Il s’agit d’un fabuleux conte oriental qui nous fait voyager au cœur des terres birmanes avec, pour personnages principaux deux écorchés de la vie très attachants. Là encore, je reprocherais juste à l’auteur quelques longueurs dues au nombreuses réflexions philosophiques.

Publicités

Un petit commentaire fait toujours plaisir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s