N’oublier jamais de Michel Bussi

n'oublier jamaos

Vous croisez au bord d’une falaise une jolie fille ? Ne lui tendez pas la main ! On pourrait croire que vous l’avez poussée. Il court vite, Jamal, très vite. A cause de sa prothèse à la jambe et autres coups du sort, il a un destin à rattraper et l’ambition de devenir le premier handicapé à réaliser l’une des courses d’endurance les plus ardues du monde, l’Ultra-Trail du Mont-Blanc. Parti s’entraîner, ce matin de février, sur la plus haute falaise d’Europe, il a d’abord remarqué l’écharpe rouge accrochée à une clôture ; puis la vision d’une femme, incroyablement belle, les yeux rivés aux siens, prête à sauter dans le vide. Ils sont seuls. Le temps est suspendu. Ultime recours, Jamal lui tend l’écharpe, mais la femme bascule. Quelques secondes plus tard, sur les galets glacés de la plage déserte, Jamal trouve le corps inerte de l’inconnue, un filet de sang qui s’échappe du crâne. A son cou, l’écharpe rouge.Ceci est la version de Jamal. La vraie ?

Une falaise, une jeune femme, une écharpe rouge et un homme qui la voit sauter dans le vide sans pouvoir rien faire, voilà de quoi relève N’oublier jamais. A travers cette intrigue passionnante, Michel Bussi nous mène encore une fois par le bout du nez.

mon avis

[Tout d’abord, je tiens à vous préciser que j’ai lu ce roman sous sa forme audio, une lecture un peu déroutante au début, mais que j’ai su apprécier au fil des pages (enfin… des minutes !). Il est donc fort possible que ce nouveau mode de lecture ait influencé mon avis.]

Une falaise, une jeune femme, une écharpe rouge et un homme qui la voit sauter dans le vide sans pouvoir rien faire, voilà de quoi relève N’oublier jamais. A travers cette intrigue passionnante, Michel Bussi nous mène encore une fois par le bout du nez.

Les deux personnages principaux, Jamal et Mona, pour ne citer qu’eux, sont très attachants, chacun à leur manière. Comme dans chaque roman de l’auteur, tous les personnages recèlent d’une once de mystère, ce qui ne rend jamais l’attachement complet, car derrière chaque acte se bousculent une foule de questions. Tout au long de l’histoire j’ai soupçonné tour à tour les personnages ; ceux que l’auteur voulait nous voir accuser. Je dois vous avouer que Michel Bussi a particulièrement bien réussi son coup, car (sans vous spoiler) lorsque qu’une infime parti du dénouement nous a été proposé je me suis dis : « Quoi ? Tout ça pour ça ? » .  C’était mal connaître M. Bussi que de penser qu’il pouvait nous laisser avec un dénouement de la sorte, car le vrai, est bien plus tordu que tout ce que vous pouvez imaginer.

J’ai adoré la forme du récit ; Jamal s’adressant directement aux lecteurs. Cette technique peut s’avérer déroutante quand elle n’est pas utilisée à bon escient (j’en ai fait les frais il y a quelques mois), mais ici elle prend tout son sens. De plus, s’agissant pour moi d’un livre audio, l’effet a été décuplé et j’avais réellement l’impression que le protagoniste s’adressait à moi, petite lectrice lambda. Cependant, la format audio n’a pas eu que des avantages et j’ai constaté quelques longueurs (je n’arrive pas à déterminer si ces longueurs sont dues au roman même ou a lecture audio) car le rythme d’un livre audio est forcément plus lent qu’une lecture seul à seul avec soi-même.

Publicités

Un petit commentaire fait toujours plaisir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s