La ballade de Willow

1. La ballade de Willow

1934. Depuis qu’il a été abandonné quand il avait 7 ans, William Eng est pensionnaire de la très stricte institution du Sacré-Coeur, à Seattle. Cinq années ont passé, personne n’est venu le chercher. Aucune nouvelle de Liu Song, sa mère.

Un jour pourtant, alors qu’il est au cinéma avec les autres garçons de l’orphelinat, il reconnaît le visage de sa mère dans une bande-annonce. Troublé par cette apparition qu’il n’osait plus espérer, William décide de s’enfuir pour retrouver celle qui se nomme désormais Willow Frost…

Mon avis

C’est en parcourant les blogs littéraires que je suis tombée sur La ballade de Willow. Je n’en avais jamais entendu parler auparavant, mais il m’a tout de suite attirée. J’ai d’ailleurs appris qu’il sortait en format poche à la fin du mois de mai, le 29 plus précisément, une bonne nouvelle. Pour vous surtout…

Grâce à ce roman, j’ai pu découvrir le Chinatown des années 30 de Seatle. J’ai côtoyé, au fil des pages, cette minorité, les asiatiques, qui n’était pas acceptée par une majorité de la société, ce que j’ignorais. Il est triste, voire déplorable de constater le comportement de certains face à cette population. Et encore, l’auteur précise bien que ce n’était pas la communauté la plus rejetée.

Je me suis beaucoup attachée à William (et à Charlotte, sa fidèle amie) et ai pris sa quête très à cœur. J’avais le cœur serré à l’idée qu’il rencontre pour la première fois celle qu’il pensait être sa mère… Avait-il raison ? Le cas échéant, pourquoi l’avait-elle abandonné ? Elle pour qui tout semble rouler… Autant de questions que je me suis posées à la lecture de ce roman.

Petit à petit, nous découvrons, à travers des retours dans le passé, la vie de Willow. Cette jeune femme n’a pas connu des années glorieuses et c’est avec beaucoup de peine que nous découvrons son histoire. Le sort semble semble s’être acharné sur elle. William n’est pas beaucoup plus chanceux et doit essuyer de nombreux revers. J’ai beaucoup apprécié sa personnalité. Il a beau être dans un orphelinat depuis ses 7 ans, ne pas avoir été adopté en 5 ans, il ne baisse jamais les bras.

En bref c’est un beau roman que nous livre Jamie Ford. L’histoire des deux protagonistes est empreinte de tristesse mais également pleine d’espoir. J’ai beaucoup apprécié le cadre du récit, l’auteur a su découvrir les rues de Seatle et notamment du Chinatown, je suis ressortie de ma lecture avec des images plein la tête.

Signature

Publicités

Un petit commentaire fait toujours plaisir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s