Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand

Ils étaient partis en chahutant. J’avais appris qu’ils faisaient encore les pitres dans la voiture. Je m’étais dit qu’ils étaient morts en riant. Je m’étais dit que j’aurais voulu être avec eux.  » Diane a brusquement perdu son mari et sa fille dans un accident de voiture. Dès lors, tout se fige en elle, à l’exception de son cœur, qui continue de battre. Obstinément. Douloureusement. Inutilement. Égarée dans les limbes du souvenir, elle ne retrouve plus le chemin de l’existence. Afin d’échapper à son entourage qui l’enjoint à reprendre pied, elle décide de s’exiler en Irlande, seule. Mais, à fuir avec acharnement la vie, elle finit par vous rattraper…

C’est une belle et douce histoire retraçant le parcours semé d’embûches qu’affronte une personne en deuil. Il se dévore en quelques heures, cependant je l’ai trouvé trop court.

MON AVIS

Après la mort de son mari Colin et de sa fille Clara, Diane perd le goût de la vie, regrettant même d’être encore de ce monde. Même son meilleur ami n’arrive pas à lui redonner envie de vivre. Elle sombre alors dans un profond enfermement et perd alors le soutien de ses parents qui lui reprochent de ne faire aucun effort. Après quelques mois, Diane décide de partir en Irlande, destination où Colin voulait tant aller.

Perdue au milieu de la campagne Irlandaise Diane évite tout contact avec la population locale qui lui ouvre pourtant chaleureusement les bras. Elle ne veut aucune relation et elle essaye de leur faire comprendre tant bien que mal. Mais ça, c’était avant l’arrivée de Judith, la sœur de son ennemi juré ; son voisin…

UNE PETITE DOUCEUR

Ce livre est un petite douceur. On vit avec l’héroïne son enfermement et son mutisme, on la comprend bien sûr, mais comme ses proches on souhaite qu’elle remonte la pente. Son personnage est lunatique mais comment pourrait-on lui reprocher après les événements qu’elle a vecu ? On est plongé au cœur de son deuil et l’émotion est palpable tout au long du roman.

UNE SECONDE MOITIÉ PRÉCIPITÉE

La deuxième partie du roman se déroule en Irlande. Cette seconde partie est un peu plus prévisible et je trouve que les événements se déroulent parfois trop vite. Les personnages se détestent et quelques pages plus tard s’adorent. Malgré tout, les relations entre Diane et les personnages secondaires sont belles et réconfortantes. Diane commence à reprendre goût à la vie pour notre plus grand bonheur.

J’ai beaucoup aimé la fin, Diane fait preuve de beaucoup de force et de bon sens, même si tout m’a paru un peu précité.

En bref, c’est une belle et douce histoire retraçant le parcours semé d’embûches qu’affronte une personne en deuil. Il se dévore en quelques heures, cependant je l’ai trouvé trop court, l’auteur aurait pu développé un peu plus le récit, les relations entre les personnages, les personnages secondaires…

4 coeurs

Publicités

2 réflexions sur “Les gens heureux lisent et boivent du café d’Agnès Martin-Lugand

  1. Livres de Filles dit :

    J’ai adoré du début à la fin, je crois que c’est l’un de mes plus gros coup de coeur pour l’instant de l’année. Pourtant je ne pensais pas. J’ai enchaînée tout de suite avec le deuxième tome.
    Je partage avec l’héroïne son prénom et ça fait bizarre ^^
    Je peux comprendre que tu ai trouvé parfois les évènements un peu prévisible …

    J'aime

Un petit commentaire fait toujours plaisir :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s